Tous les articles par Sylvain

Soirée de présentation de [CULTURàCREST]

Comme nous vous l’avions annoncé sur notre page Facebook, le site Ma Drôme était représenté en cette soirée du lundi 11 septembre 2017, au cinéma crestois l’Éden, pour la présentation de la saison culturelle de la Ville de Crest.

Après un bref lancement par Nhàn Nguyen, conseiller municipal délégué à la culture, nous avons assisté à la présentation d’un diaporama commenté présentant les objectifs et les spectacles de la saison. Ainsi, chaque mois, un spectacle ou une animation nous sera proposé.

Démarrage en septembre, le 23, week-end de Saint Ferréol, avec une programmation jeune public : Ça roule ma boule, par la compagnie La Tête dans les Étoiles. En octobre, le 12, ce sera au tour de Michel Jeffrault de vous divertir avec son one man show : Mon Devos à moi, un spectacle humoristique articulé autour des textes de Raymond Devos. Le 16 novembre, place au théâtre avec une représentation des Fourberies de Scapin, pièce écrite par un certain Molière et jouée par le Théâtre de Fenouillet. Le 17 décembre, ce sera au tour de la compagnie Cyrk Nop de vous présenter son Dompteur de couleurs. Le 18 janvier, nous démarrerons l’année avec un spectacle orchestré autour d’un roman de Soljenitsyne : Goulag. The King of Kingdom, par la compagnie Bruitquicourt, sera votre représentation de février, le 8. Le pianiste Thomas Enhco et Vassilena Serafimova au marimba vous offriront, le 22 mars, un concert exceptionnel. En avril, deux événements : la soirée de présentation de la 43e édition du festival Crest Jazz vocal le 19, et, une semaine après exactement, donc le 26, Cabanes par la compagnie Balades. En mai, c’est la désormais traditionnelle Fête médiévale qui se déroulera le week-end des 19 et 20 puis, en juin, le 21, la Fête de la Musique !

Une bien belle programmation que nous aurons bien du plaisir à suivre tout au long de l’année.

Cette présentation, suivie d’un teaser et d’un pot de l’amitié, a ensuite laissé place, sur la scène de la grande salle, à un concert de l’ensemble vocal Les Ouates dont nous vous proposons une photographie pour illustrer notre article.

Les Ouates
Les Ouates

Di’Oaï Vibration

Là-haut dans la montagne était un festival… Ce samedi 16 septembre 2017 se déroulera, à Saint-Roman-en-Diois, juste à côté de Châtillon, un festival : le Di’Oaï Vibration, une belle soirée en perspective avec du reggae, du reggae et du reggae ! L’organisateur en est Sound Oaï Passion. Au programme, il y aura du beau, il y aura du bon, avec BaDouBoy, Natty Crew, et Bongoaï. Start à 18:00 !

Si, ce samedi, vous ne savez pas quoi faire de votre soirée et vous trouvez dans le Diois, ne vous demandez pas quelle sera la place to be, ce sera là et nulle part ailleurs !

La Petite équipe à la Terrasse d’EVA

La Petite équipe
La Petite équipe

Vendredi dernier, 1er septembre 2017, nous nous sommes rendus tranquillement à Saillans, à la Terrasse d’EVA, où devait avoir lieu un concert d’un groupe local que nous découvrions par la même occasion : La Petite équipe.

Cette formation, composée de trois musiciens – un guitariste, un bassiste et un percussionniste – et d’un chanteur nous a offert un set reggae avec parfois quelques sonorités jazzy.

Nous avons passé un très agréable moment à écouter leurs morceaux tout en sirotant une boisson fraîche dont nous tairons le genre et la marque.

[Interview] Franck Barnier-Aubert

Franck Barnier-Aubert

Bonjour Franck et merci de bien vouloir te prêter au petit jeu de l’interview pour notre site Ma Drôme.

Tu es le chanteur-fondateur du groupe Les Toon’s et vous venez de sortir un tout nouvel album : Partisans du Chahut.

Histoire de rentrer dans le vif du sujet : À quel âge as-tu joué tes premières notes ou poussé tes premières chansonnettes ?

D’après ma mère, vers l’âge de cinq ou six ans, je chantais à tue-tête Obladi Oblada des Beatles.

Parlons un peu de ton actualité. Partisans du Chahut vient donc d’être placé dans les bacs par les disquaires, peux-tu nous résumer son histoire et nous parler des personnes qui ont collaboré à sa création ?

Les premières maquettes remontent à 2015. Pour une fois, nous avons fonctionné un peu à l’envers. C’est-à-dire que nous avons commencé par faire une tournée avec les nouvelles chansons avant de les enregistrer en studio . Puis, en septembre 2016, Renaud Hantson, avec qui j’avais déjà collaboré sur l’album précédent, nous a proposé de produire Partisans du chahut. Inutile de préciser que j’étais ravi car je suis très fan depuis longtemps, j’ai tous ses albums.

Qu’est-ce que tu préfères dans la musique ? La scène, la phase d’écriture et de composition, l’enregistrement studio, autre chose ?

Je serais tenté de répondre la scène car j’y passe ma vie . Cela dit, j’aime écrire et composer de la musique. Mais je dois bien l’avouer, chanter tout seul avec un casque dans une cabine de studio ce n’est pas ce que je préfère.

Quel est ton plus beau souvenir sur scène ?

Je pourrais citer la première partie de Johnny Hallyday en 2012, mais il y en a tant d’autres . Par exemple, je joue assez souvent pour les résidents dans les centres style Adapei. L’accueil est toujours formidable et l’ambiance géniale.

Quel est ton pire souvenir sur scène ?

Les pires ont été en partie effacés de ma mémoire. En revanche, l’été, je passe parfois de mauvaises soirées à cause de certains voisins intolérants, qui menacent les organisateurs et nous forcent à baisser le son !

Passons un peu à autre chose, histoire de cerner un peu plus le personnage. Parmi tous les artistes que tu apprécies, quel est celui qui t’a le plus marqué et pourquoi ?

À l’âge de 13 ans, Une cousine m’a offert un album de Queen. Ce groupe a changé ma vie et Freddy Mercury est devenu mon héros d’adolescence !

Est-ce ton artiste préféré ? Si non, lequel est-ce ?

Évidemment, aujourd’hui je n’écoute plus aussi souvent Queen . Mais je les ai tellement écouté quand j’étais plus jeune, et j’ai si souvent joué leur musique à travers le spectacle hommage avec les Toons qu’ils sont un peu ancrés dans mon ADN ! En ce sens, Freddie reste mon artiste préféré même si j’en écoute beaucoup d’autres aujourd’hui.

Tu dois bien avoir un album fétiche, mais lequel ?

Je dirais Marbles de Marillion mais il y en a tellement d’autres.

Une chanson dont tu ne saurais te passer ?

Fingers of love de Crowded House . Neil Finn est l’une de mes idoles. Mais là aussi, il y en a beaucoup d’autres

Depuis quelques années, on peut te retrouver en compagnie d’une belle équipe sur les ondes de RDwA, comment a démarré cette nouvelle aventure ?

C’est presque une blague à la base ! Ma fille faisait un peu de radio sur Lyon à l’époque et j’ai pensé que cela pourrait peut-être l’aider dans ses démarches . RDWA venait de naître et j’ai pensé que c’était l’occasion . Malgré mon inexpérience absolue, j’ai constitué une équipe en puisant dans mon entourage proche, sans me douter une seconde que nous serions toujours là six ans après . Au final je crois que ma fille n’est venue qu’une seule fois dans l’émission ! Cela dit, c’était très sympa de la part de Baptiste le boss de RDWA de nous faire confiance car aucun d’entre nous n’avait déjà fait de radio.

Quelle est l’émission dont tu as le plus beau souvenir ?

Xtv par exemple, a laissé un excellent souvenir mais ils n sont pas les seuls . En cinq ans nous avons reçu plus de 130 artistes . Il y a énormément de talent en Rhône-Alpes, bien plus qu’à la télé !

Quels sont tes projets à venir ou en cours, on peut savoir ?

Je suis sur le point de finir une tournée solo d’ environ 60 dates sur deux mois et demi . Mon projet immédiat c’est les vacances en septembre ! Ensuite, évidemment les Toons redeviendront la priorité. Nous préparons une tournée pour 2017 et 2018 . Un clip va sortir mi-septembre et nous allons également travailler sur la distribution de l’album . Bien que nous en ayons déjà vendu presque la moitié, sans l’ombre d’un distributeur, juste dans les concerts.

Je te remercie pour toutes ces réponses. Je te laisse maintenant le mot de la fin. Dis-nous tout ce que tu as à nous dire.

Pour conclure je dirais longue vie à Ma Drôme et n’hésitez pas à rejoindre la Toons Family !

Crest Jazz vocal 2017 : Jour 5

Nous voici donc à l’orée de la cinquième soirée du festival Crest Jazz vocal. En ce mercredi 2 août, les concerts reprennent la direction de la grande scène extérieure de l’espace Soubeyran. Aujourd’hui, l’équipe du festival nous a concocté une belle soirée d’hommage à la grande dame Ella Fitzgerald qui aurait soufflé ses cent bougies cette année.

En première partie, c’est une formation issue de Jazz Action Valence qui est montée sur scène. Il s’agit d’un big band de musiciens amateurs dirigés par Pascal Berne. Ils ont été rejoints sur scène après quelques titres par les stagiaires avec lesquels ils avaient, en quelques jours à peine, préparé ce spectacle. Il s’est agi là d’un vibrant hommage à cette icône du jazz, il a parlé directement au cœur des spectateurs. Puis est apparue auprès des musiciens et des chanteurs une jeune chanteuse de talent en passe de devenir une star : Anne Sila, qui a su répondre présent à l’appel. Un tour de chant remarquable avec beaucoup d’émotions.

JAV Contreband
JAV Contreband

Ce fut ensuite à la dynamique Michele Hendricks de se produire devant le public. Elle nous a livré un spectacle extraordinaire avec des titres issus de son album hommage à Ella : A Little Bit Of Ella (Now And Then). Là aussi, le niveau était des plus élevés et c’est avec grand plaisir que nous avons suivi ce concert.

Michele Hendricks
Michele Hendricks

Crest Jazz vocal 2017 : Jour 4

C’est l’été avec ses fortes chaleurs, ses bouchons interminables et ses retards dans la publication des articles.

Nous sommes donc le mardi 1er août, en l’an 2017. Cet après-midi, s’est ouvert le cycle de conférences de Nicolas Benies à la Médiathèque de Crest, ainsi que le concours international dont nous vous entretiendrons plus tard. Nous passons le pont de pierre et nous rendons à l’espace Soubeyran pour une quatrième soirée consécutive. Le concert aura lieu, aujourd’hui encore, à l’intérieur de la salle Moulinages.

En première partie, nous avons eu droit à Watchdog, un duo clarinettes et claviers. Ils nous ont proposé un répertoire souple et dynamique bien à eux. Le public a applaudi la performance avant de profiter de l’intermède pour aller se désaltérer un peu.

Watchdog
Watchdog

Puis ce fut au tour du Trio Reis-Demuth-Wiltgen, que nous avions déjà vu et entendu sur cette même scène voici quelques années, de jouer pour les personnes présentes. Les instruments, avec ces virtuoses, ont fait s’envoler les notes et les esprits vers des altitudes insoupçonnées… Un bien beau concert offert par des artistes de talent.

Reis-Demuth-Wiltgen
Reis-Demuth-Wiltgen

Crest Jazz vocal 2017 : Jour 3

Nous voici partis pour assister à la troisième journée du festival Crest Jazz vocal. En ce lundi 31 juillet, après avoir passé le pont Mistral d’où l’on pouvait voir descendre le soleil sur l’horizon, nous nous sommes rendus du côté de l’espace Soubeyran où devait se dérouler la soirée.

Après avoir siroté une boisson fraîche qui nous a fait le plus grand bien a débuté le premier concert. Sur la scène de la salle Moulinages, c’est la jeune musicienne et chanteuse hongroise Tamara Mozes, Prix Sacem du concours international 2016 et membre du jury 2017, qui a fait son entrée a cappella. Elle s’est ensuite installée au piano et nous a proposé son répertoire vibrant de sensations. Les notes du piano et le timbre de sa voix se sont alliés pour capter l’attention du public et le faire voyager. Cette performance a été fort appréciée par celui-ci. Un très beau concert comme on les aime sur les berges de la Drôme.

Tamara Mozes
Tamara Mozes

Ce fut ensuite au tour de Morgan Roussel, pianiste talentueux, de nous livrer son hommage à son mentor, Michel Petrucciani, haute figure drômoise du jazz international. Il a joué longuement et avec talent face à un public conquis qui aurait mérité d’être plus nombreux tant la qualité de la soirée était exceptionnelle.

Morgan Roussel
Morgan Roussel

Ces deux spectacles finis, temps était venu pour nous de rejoindre nos pénates afin de recharger nos batteries pour le lendemain où un autre bel événement nous attendait.

Crest Jazz vocal 2017 : Jour 2

Le spectacle de la deuxième soirée du festival Crest Jazz vocal nous a replongés un an en arrière du côté du parvis de l’église Saint Sauveur. En effet, c’est en 2016 que Marie Mifsud et ses musiciens sont montés sur la petite scène du concours international qui a lieu chaque année à cet endroit. Elle nous avait subjugués avec son jazz dynamique et virevoltant. Nous avions eu beaucoup de plaisir à voir et écouter ce spectacle. Le public du concours aussi avait apprécié cette performance puisqu’il lui avait attribué son prix, ce qui lui a permis de revenir en cette soirée du 30 juillet 2017 sur la scène intérieure des Moulinages. Comment dire ? La progression, en tout juste un an, a été fulgurante. Si on a bien reconnu cette artiste enjouée, force était de constater que son set était encore meilleur que la fois précédente. C’était un concert splendide avec des envolées étincelantes. Nous avons adoré ce moment passé avec ces artistes de talent !

Marie Mifsud Quartet
Marie Mifsud Quartet

Le prochain rendez-vous du Crest Jazz, c’est ce soir aux Moulinages avec Tamara Mozes, Prix Sacem 2016 au concours, qui sera accompagnée pour l’occasion de Morgan Roussel.

Crest Jazz vocal 2017 : C’est parti !

En ce samedi 29 juillet 2017, nous avons passé le pont Mistral afin de nous rendre du côté de l’espace Soubeyran où allait se dérouler la première soirée de la quarante-deuxième du festival Crest Jazz vocal.

Tout avait été mis en place pour que nous passions une merveilleuse soirée : un site de belle taille, avec un village où se restaurer et se réhydrater dans la moiteur nocturne, une équipe de bénévoles souriants, et une programmation alléchante.

On regrette un peu qu’une telle soirée d’ouverture n’ait pas connu un franc succès. En effet, le public n’a, semble-t-il, pas répondu présent à l’appel de cet événement emblématique de la vallée de la Drôme. Il y en a quand même eu un peu et il a passé une splendide soirée dans une ambiance de folie.

En première partie, sur la grande scène du festival, a joué une formation de deep soul et new funk bordelaise : Shaolin Temple Defenders. Ils ont assuré le spectacle avec leur répertoire dynamique et quelques reprises admirablement réarrangées. Le chanteur avait une voix qui n’était pas sans rappeler celle du Maître de la soul music, l’inénarrable Monsieur James Brown. Les musiciens ont joué à la perfection, ne laissant aucune chance au moindre couac ou à la moindre anicroche de s’installer au milieu de leur jeu. Un spectacle que nous avons fort apprécié.

Puis ce fut au tour du Peuple de l’herbe de prendre place face à un public déchaîné à leur arrivée. La clameur est montée dans la nuit crestoise dès les premières notes. Eux non plus n’ont pas manqué à la règles. Ils nous ont proposé un show d’exception avec leur hip hop électrique et déjanté. Ils ont joué et chanté les titres les plus connus de leur répertoire, mais aussi de moins connus. Un concert hystérique de près de deux heures qui a mis le feu au public. Nous les découvrions en live pour la toute première fois et nous ne sommes absolument pas déçu, bien au contraire !

La soirée s’est achevée sur une note reggae avec Barbès.D, spécialiste local du dub step.

Le prochain rendez-vous du Crest Jazz, c’est ce soir à la salle Moulinages, avec un concert du Marie Mifsud Quartet qui avait gagné le Prix du Public au concours l’an passé. L’entrée est gratuite alors profitez-en !

Catherine Ringer et Palatine à Valence

Ma Drôme a eu la chance, cette année encore, d’avoir un photographe accrédité pour le festival Sur le Champ ! ex Festival de Valence.

Nous avons donc assisté à la soirée du mercredi 19 juillet. Pour le before, c’est Sly Apollinaire qui a eu le privilège de faire patienter le public du côté de la buvette.

Ensuite, place à Palatine sur la grande scène, avec sa musique aux multiples influences. Ce groupe de quatre garçons dans le vent, qui a déjà à son palmarès quelques récompenses, est né en 2015 et, depuis, écume les scènes. Ils ont offert à un public de plus en plus nombreux un spectacle qui, semble-t-il, a su faire mouche puisqu’ils ont été fortement applaudis.

Après une brève attente due au changement de plateau, c’était au tour de la divine Catherine Ringer se chanter pour la foule valentinoise réunie dans l’enceinte aménagée du Champ de Mars. Dès l’extinction des lumières, la clameur est montée dans la nuit drômoise pour accueillir cette grande dame qui a interprété nombre de ses anciens morceaux, ainsi que de nouveaux titres inédits. Ce fut un plaisir de retrouver la chanteuse du fabuleux duo Rita Mitsouko, accompagnée par des musiciens de talent, sur une scène.

Une vraiment belle soirée à laquelle nous avons assisté avec le goût d’une certaine idée du bonheur sur les lèvres.