Crest Jazz vocal 2017 : Jour 2

Le spectacle de la deuxième soirée du festival Crest Jazz vocal nous a replongés un an en arrière du côté du parvis de l’église Saint Sauveur. En effet, c’est en 2016 que Marie Mifsud et ses musiciens sont montés sur la petite scène du concours international qui a lieu chaque année à cet endroit. Elle nous avait subjugués avec son jazz dynamique et virevoltant. Nous avions eu beaucoup de plaisir à voir et écouter ce spectacle. Le public du concours aussi avait apprécié cette performance puisqu’il lui avait attribué son prix, ce qui lui a permis de revenir en cette soirée du 30 juillet 2017 sur la scène intérieure des Moulinages. Comment dire ? La progression, en tout juste un an, a été fulgurante. Si on a bien reconnu cette artiste enjouée, force était de constater que son set était encore meilleur que la fois précédente. C’était un concert splendide avec des envolées étincelantes. Nous avons adoré ce moment passé avec ces artistes de talent !

Marie Mifsud Quartet
Marie Mifsud Quartet

Le prochain rendez-vous du Crest Jazz, c’est ce soir aux Moulinages avec Tamara Mozes, Prix Sacem 2016 au concours, qui sera accompagnée pour l’occasion de Morgan Roussel.

Crest Jazz vocal 2017 : C’est parti !

En ce samedi 29 juillet 2017, nous avons passé le pont Mistral afin de nous rendre du côté de l’espace Soubeyran où allait se dérouler la première soirée de la quarante-deuxième du festival Crest Jazz vocal.

Tout avait été mis en place pour que nous passions une merveilleuse soirée : un site de belle taille, avec un village où se restaurer et se réhydrater dans la moiteur nocturne, une équipe de bénévoles souriants, et une programmation alléchante.

On regrette un peu qu’une telle soirée d’ouverture n’ait pas connu un franc succès. En effet, le public n’a, semble-t-il, pas répondu présent à l’appel de cet événement emblématique de la vallée de la Drôme. Il y en a quand même eu un peu et il a passé une splendide soirée dans une ambiance de folie.

En première partie, sur la grande scène du festival, a joué une formation de deep soul et new funk bordelaise : Shaolin Temple Defenders. Ils ont assuré le spectacle avec leur répertoire dynamique et quelques reprises admirablement réarrangées. Le chanteur avait une voix qui n’était pas sans rappeler celle du Maître de la soul music, l’inénarrable Monsieur James Brown. Les musiciens ont joué à la perfection, ne laissant aucune chance au moindre couac ou à la moindre anicroche de s’installer au milieu de leur jeu. Un spectacle que nous avons fort apprécié.

Puis ce fut au tour du Peuple de l’herbe de prendre place face à un public déchaîné à leur arrivée. La clameur est montée dans la nuit crestoise dès les premières notes. Eux non plus n’ont pas manqué à la règles. Ils nous ont proposé un show d’exception avec leur hip hop électrique et déjanté. Ils ont joué et chanté les titres les plus connus de leur répertoire, mais aussi de moins connus. Un concert hystérique de près de deux heures qui a mis le feu au public. Nous les découvrions en live pour la toute première fois et nous ne sommes absolument pas déçu, bien au contraire !

La soirée s’est achevée sur une note reggae avec Barbès.D, spécialiste local du dub step.

Le prochain rendez-vous du Crest Jazz, c’est ce soir à la salle Moulinages, avec un concert du Marie Mifsud Quartet qui avait gagné le Prix du Public au concours l’an passé. L’entrée est gratuite alors profitez-en !

Tr’Hip Non-St’Hop à Crest le samedi 8 juillet

Le Samedi 8 Juillet dernier a eu lieu le Tr’Hip Non-St’Hop à la Salle Moulinages.

Tr’Hip non-st’Hop est un événement ouvert à tous centré sur la culture Hip-Hop avec une programmation 100 % drômoise.

A partir de 17h, il y a eu une démonstration de Graffiti par le collectif SORRY GRAFFITI. Vous pourrez retrouver le Collectif sur leur page Facebook.

S’en est suivit une scène ouverte de Danse Hip-Hop  qui était ouverte à tous.

A partir de 19h,  le public présent a pu assisté à un concert de Rap avec  LE FOND D’LA CLASSE O2FEUD.E.C.SAMINEM, LA FOURMILIÈRE ( Ben x Suspect ) et LA FRATERIE.

LE FOND D’LA CLASSE
LE FOND D’LA CLASSE
TUPAN DU FOND D’LA CLASSE
LE FOND D’LA CLASSE

La soirée s’est terminée par un OPEN-MIC .

Catherine Ringer et Palatine à Valence

Ma Drôme a eu la chance, cette année encore, d’avoir un photographe accrédité pour le festival Sur le Champ ! ex Festival de Valence.

Nous avons donc assisté à la soirée du mercredi 19 juillet. Pour le before, c’est Sly Apollinaire qui a eu le privilège de faire patienter le public du côté de la buvette.

Ensuite, place à Palatine sur la grande scène, avec sa musique aux multiples influences. Ce groupe de quatre garçons dans le vent, qui a déjà à son palmarès quelques récompenses, est né en 2015 et, depuis, écume les scènes. Ils ont offert à un public de plus en plus nombreux un spectacle qui, semble-t-il, a su faire mouche puisqu’ils ont été fortement applaudis.

Après une brève attente due au changement de plateau, c’était au tour de la divine Catherine Ringer se chanter pour la foule valentinoise réunie dans l’enceinte aménagée du Champ de Mars. Dès l’extinction des lumières, la clameur est montée dans la nuit drômoise pour accueillir cette grande dame qui a interprété nombre de ses anciens morceaux, ainsi que de nouveaux titres inédits. Ce fut un plaisir de retrouver la chanteuse du fabuleux duo Rita Mitsouko, accompagnée par des musiciens de talent, sur une scène.

Une vraiment belle soirée à laquelle nous avons assisté avec le goût d’une certaine idée du bonheur sur les lèvres.

Reggae To Zion V3 du Vendredi 30 Juin

Vendredi 30 Juin dernier, avait eu lieu le Reggae To Zion V3 à l’Espace Saint Jean à Crest.

Des artistes locaux comme Barbès D, Akylisso entre autre mais aussi venus du Burkina Faso comme Kassoum C, Big Desal entre autre et un artiste venu tout droit de Jamaïque Omar Perry, le fils du légendaire Lee « Scratch » Perry ont ensoleillé cette soirée placée sous le thème du reggae et se terminant tard dans la soirée.

Omar Perry
Omar Perry
Omar Perry
Barbès D
Barbès D
Barbès D
Akylisso
Akylisso
Akylisso

Vous pouvez retrouver le Reggae To Zion sur leur site Internet et sur leur page Facebook. Vous pouvez aussi retrouver l’Association BANFORA, association organisatrice de ce festival, sur leur page Facebook.

Vous pouvez retrouver quelques photos de la soirée ici.

Le Live de la Jungle II

Le Live de la Jungle revient pour une deuxième édition haute en couleur ! Cet événement, organisé au parc Saint Jean, à Crest, est organisé par Aïe Les Nouveaux Sauvages qui ont décidé de remettre le couvert cette année le 11 août.
Au programme, donc, de 14:00 à 19:00, un peu de musique, des ateliers de création, des spectacles,d es jeux, du free shop et, à partir de 19:00 et jusqu’à tard dans la nuit, place aux concerts avec Valientes Gracias, çub, You and my buddy et, pour finir, DJ 86, aka Hoed.
La participation au frais  pour la seconde partie s’élève à 5 euros.

Die Hard Festival 2017

Passer une soirée avec trois groupes faisant partie des plus grandes légendes du rock international, ce n’est pas donné à tout le monde et ça n’arrive pas non plus très souvent. C’est ce que j’ai presque vécu en cette soirée du 15 juillet 2017.

Après une allocution de Stéphie pour l’ouverture de cette cinquième édition du Die Hard Festival, sur la place Jules Plan de Die, le premier groupe est passé tel un météore sur la scène. Il s’agissait des Sex Pistols ou presque puisque c’est The Bollocks qui ont été chargés de les remplacer au pied levé tout en jouant leurs chansons. Un concert improvisé par un groupe de potes qui s’est vraiment fait plaisir et qui a beaucoup amusé le public. Merci à eux pour ce moment d’anthologie !

 

Aerosmith ayant décommandé un peu plus tôt dans la journée, c’est Les Toon’s qui ont été choisis pour interpréter quelques titres du répertoire de ce groupe mythique. Ayant eu un peu plus de temps pour préparer le spectacle, ils l’ont beaucoup mieux maîtrisé. Franc s’est, comme à l’accoutumée, donné à fond pour la musique et le public, ainsi que pour ses musiciens. Un concert d’exception dont on eût apprécié qu’il ne fût pas interrompu par un incident technique et qu’il durât plus longtemps.

Jamais deux sans trois, dit l’adage qui s’est vérifié ce soir. En effet, Deep Purple, le troisième groupe qui devait clore le spectacle a, lui aussi, annoncé son désistement et il a fallu rapidement trouver une solution de remplacement. Heureusement, dans notre Drôme, il existe une formation habituée à jouer leurs morceaux : Sed Lex ! Ces spécialistes du gros son ont alors grimpé sur la scène pour en prendre possession, ainsi que de la place et du public. Un show dynamique à souhait comme on a l’habitude d’en connaître de leur part. Un excellent choix pour finir cette soirée.

Nous remercions l’équipe de l’association Label Justine pour son accueil chaleureux et pour la mise en place de cet événement.

Rendez-vous est pris l’an prochain, samedi 21 juillet 2018, pour le sixième opus.

À l’heure où je vais pour valider cet article, ma rédaction me fait signe et m’informe que je ne sais manifestement pas ce que peut signifier l’anglicisme cover.

Les Manbouss et Mike & Riké au 115

Nous avions complètement oublié de vous parler d’une soirée que nous avons couverte le lundi 29 juin dernier à Montélimar au 115. Il était donc impératif que nous réparions cela au plus tôt : flashback !

Les Manbouss
Les Manbouss

Nous sommes arrivés sur les lieux quelques instants avant la première partie que le duo ardéchois des Manbouss a eu la tâche d’assurer. Ce duo aux saveurs reggae nous a joué quelques morceaux chaleureux afin de nous tenir en haleine pendant que les têtes d’affiche mettent le feu aux planches. Mike & Riké, en compagnie de leur DJ, se sont défoulés sur la petite scène du 115 pour nous offrir un spectacle époustouflant. Ils ont revisité, pendant tout le set, nombre de morceaux qu’ils ont l’habitude de chanter quand ils se produisent avec Sinsémilia. Un spectacle détonnant qui a su maintenir le nombreux public à bloc ! Ils ont été accueillis par celui-ci comme il se devait : avec enthousiasme. Il les a même accompagnés sur la plupart des titres.

Mike & Riké Sound System
Mike & Riké Sound System

Une soirée fantastique comme a coutume de nous proposer le 115, lieu montilien des plus accueillants.

Nous remercions vivement l’équipe d’Echo Productions qui nous a permis de savourer cette soirée !

[Interview] Marion Elgé

Nous vous proposons, aujourd’hui, notre toute première interview d’artiste, et c’est à Marion Elgé que revient le privilège d’inaugurer ce qui sera, nous l’espérons, une longue série… Bonne lecture !

Marion Elgé
Marion Elgé

Quel a été ton premier contact avec la musique en tant qu’auditeur et quelle a été la première chanson que tu as aimée ?

Je crois avoir été en contact avec la musique dès mon plus jeune âge. Je ne suis pas issue d’ une famille de musiciens mais, mes parents ont toujours écouté de la musique et je me souviens avoir longtemps chanté Balavoine et Claude François étant petite ! j’étais une grande fan de claude !!! mais la première chanson que j’ai connue par cœur était « Le Chanteur » de Balavoine.

De quand date ton premier contact avec un instrument de musique et quel était-il ?

J’ai commencé à l’âge de 11 ans avec quelques cours de piano et quelques années plus tard la guitare. Petit à petit mes premières compositions sont nées… En anglais d’abord car à cette époque la musique était pour moi un exutoire, comme un besoin de mettre des mots sur les choses… il fallait que je me libère sans que cela soit parlant pour les autres… Mais depuis bientôt quatre ans j’ai choisi d’écrire mes chansons en Français. C’est une façon pour moi de m’assumer d’avantage et d’affirmer les choses qu’on a sur le cœur… Je pense que cette transition marque une rupture entre l’enfance et le monde adulte, celui d’une fille qui deviens femme.

Depuis quand la décision de te consacrer à la musique t’est-elle venue ?

Ce choix a longtemps trotté dans ma tête, mais il s’est concrétisé à la fin de mes études. C’était plus « sage » d’aller au bout de mon cursus bien que la dernière ligne droite paraisse souvent la plus longue !

Parle-nous de ton tout premier concert public, s’il te plaît, où était-ce et quand ?

Mon 1er concert « officiel » était celui de ma sortie d’EP le 22 octobre 2014 ! Dans une petite salle intimiste et charmante de Bourg Les Valence qui s’appelle Quai de scène. C’était la première fois que je jouais avec mes musiciens !

Auteur, compositeur, interprète, y a-t-il un de ces rôles que tu préfères et, si oui, lequel ?

Certains artistes interprètent des chansons mais ne les écrivent pas, d’autres les composent mais ne chantent pas. Pour moi cela s’avère être un tout presque indissociable, comme une osmose entre la musique et les mots… Écrire c’est se délivrer, exprimer des choses que l’on ne fait pas toujours au au quotidien. Composer c’est sublimer leurs intentions au travers de mélodies qui leur collent à la peau. Et les chanter c’est leur donner vie, les partager mais aussi véhiculer des émotions…

Tu as fait de nombreuses premières parties et, donc, croisé de nombreux artistes, quel fut le plus marquant et pourquoi ?

À vrai dire je garde un très bon souvenir de toutes mes premières parties (Vianney, Joyce Jonathan, Marina kaye, les Stentors, Natacha St Pier, Clarika…) car il y a eu beaucoup de bienveillance de la part des artistes !

Tu as à ton actif trois clips et deux EP, quelle sera la prochaine étape ?

La prochaine étape sera certainement un nouveau clip pour illustrer mon nouvel EP « Femme Amazone »

Hormis sur le plan musical, y a-t-il un message particulier que tu souhaiterais faire passer à nos lecteurs et au reste du monde ?

Simplement, même si cela reste sur le plan musical, remercier l’équipe qui m’entoure car j’ai la chance d’être entourée de belles personnes tant sur le plan professionnel qu’humain notamment David Granier mon « managicien », musicien et manager 🙂 Remercier également tous les lecteurs, auditeurs, ceux qui nous suivent sur les réseaux ou sur scène car c’est grâce à eux que notre musique peut être véhiculée. Ce n’est pas toujours évident à l’heure d’aujourd’hui de faire sa place, et pour des artistes indépendant et autonome comme nous nous le sommes, le public a une place très importante et j’en suis reconnaissante.

Vu que tu es une artiste drômoise, pourrais-tu nous dire ce qui te plaît le plus dans notre beau département ?

J’ai beaucoup d’attaches à ce territoire que je trouve à la fois mystérieux et ensoleillé. Un contraste qui me reflète et reflète mes chansons ! J’aime beaucoup la « profondeur » de notre département, ses reliefs, ses paysages et la chaleur qu’il s’en dégage.

Exposition sur le Vietnam

Nhàn Nguyen
Nhàn Nguyen

Depuis le premier juillet et jusqu’au dimanche 9, l’association des Amis du vieux Crest accueille, en la chapelle des Cordeliers, une exposition de trente-deux photographies réalisées par Nhàn Nguyen, ainsi que des illustrations issues d’un livre ancien. Le Photographe est présent chaque jour de 10:00 à 19:00pour vous accueillir et pour vous présenter son travail et vous faire découvrir la culture d’un Vietnam haut en couleurs.

La Drôme dans tous ses états

%d blogueurs aiment cette page :